J’appuyais tendrement mes joues contre les joues de l’oreiller qui, pleines et fraîches, sont comme les joues de notre enfance.

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913

  1. surlarivieredusouvenir reblogged this from jessewanderer
  2. mobivince reblogged this from jessewanderer
  3. jessewanderer posted this

Blog comments powered by Disqus